Oubliez votre vie banale à Ikebukuro
 

Partagez | 
 

 " Would it matter ? " - Wil

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Chef des Blue Squares

I am
Messages : 38
Date d'inscription : 24/08/2015
Age : 19


Feuille de personnage
Groupe: Blue Squares
Réputation:
1/500  (1/500)

MessageSujet: " Would it matter ? " - Wil   Mar 25 Aoû - 0:18



Fiche de présentation





Nom : Theis.
Prénom : Wilhelm.
Age : 20 ans.
Sexe : M.
Groupe : Garnison.
Rang : Soldat.
Orientation sexuelle : Bisexuel.
Signes particuliers : //
Pseudo : Whit, Wil, Liam. °^°
Age : 17 mais plus pour bien longtemps. 8D
Comment avez vous trouvé le forum ? Nan franchement tu demandes encore ? '-' /PAN
Comment le trouvez vous ? Comment tu peux me demander ça ? D: /PAN


Votre caractère

Vous l’avez vu, le type généralement tout seul et qui semble faire constamment la tête ? C’est Wilhelm. Son caractère quant à lui, d’après certaines personnes, colle tout à fait au personnage.

« Wilhelm ? Oh c’est plutôt un gars assez réservé qui vient rarement à la rencontre des autres. C’est même plutôt le contraire ! On ne croirait pas qu’il est timide à ce point mais c’est juste le fait d’approcher les gens qu’il ne semble pas arriver. C’est bizarre je sais mais bon après on peut tenir une conversation avec lui après. »
- Emil.

« Enfin bon même si on arrive à tenir une conversation avec lui, si on ne lui demande rien il ne va rien dire non plus… On dirait qu’il se contente du minimum de mots. Il nous avait expliqué une fois que parler c’était fatigant mais à ce point ça fait presque peur. J’avoue que parfois il peut nous lâcher des blagues sans réfléchir et ça c’est le plus drôle, surtout qu’il reste toujours hyper sérieux ! »
- Amy.

« Quand on le voit avec son regard quasiment toujours neutre, on dirait qu’il est insensible.  C’est pas vraiment le cas mais on dirait seulement, des fois il nous prouve qu’il n’a pas l’air d’avoir beaucoup d’empathie pour certaines choses. Wil a ses raisons après tout. »
- Volker.

« A force de le regarder assis dans son coin, on a l’impression qu’il va se transformer en légume, sauf que bien souvent on sent son regard sur nous. Ça veut dire que non seulement il n’est pas en état végétatif mais qu’en plus il nous observe. C’est un bon point remarque, parce qu’avec son air qui fait mine de rien… Ouais parfois on a du mal à savoir ce qu’il pense ! »
- Sam.

« Une fois on a voulu faire un concours de beuverie parce qu’on ne savait pas quoi faire et on a dit à Wilhelm de venir. On l’a forcé, j’avoue, mais qu’est-ce que c’était drôle ! Le type il arrive à s’enfiler de l’alcool sans broncher, je sais pas comment il fait ça ! Par contre c’est vrai qu’à la fin il ne se sentait pas trop bien et il nous en a voulu un moment mais ça l’a fait sourire et c’est le principal. »
- Karl.

« Lorsqu’on le regarde parler avec d’autres personnes, il peut parfois se montrer distant mais on n’en connaît pas la cause. Comme s’il avait peur de se faire de nouveaux amis. C’est bizarre mais personne n’ose lui poser la question. Après tout il a peut-être vécu quelque chose qui l’a fait changer sur ce niveau-là. »
- Charlotte.

« Le visage de Wilhelm est souvent inexpressif et j’ai l’impression qu’il ne sourit pas. C’est pas qu’une impression qu’on m’a dit vu que d’autres l’ont remarqué mais on dirait qu’il est toujours triste et nous on ne sait pas quoi faire pour l’aider. Ça arrive que certains arrivent à lui arracher l’ombre d’un sourire mais c’est pas très souvent malheureusement. »
- Luna.

« Il n’a pas l’air de faire confiance au premier venu par contre. Quand il parle avec des gens ça se voit qu’il se méfie d’eux jusqu’à ce qu’il ait la preuve qu’ils ne lui feront rien. Je le sais puisque ça m’est arrivée la première fois quand je lui ai parlé. C’est bizarre mais bon, c’est comme quand il se montre distant. Ce sont ses problèmes après tout ! »
- Alban.

« Une chose est sûre, c’est que ce gars, il a la fibre paternelle malgré son âge. Quand on patrouille, et qu’il voit des enfants qui se font mal ou qui ont un problème, c’est le premier à aller les aider en les rassurant. C’est dans ces moments-là aussi qu’il sourit, ce qui me laisse croire que les enfants ont vraiment un pouvoir tiré de leur innocence pour faire changer un adulte, et pas que Wilhelm. »
- Abigail.

« Faisant parti de ses quelques amis, je sais qu’il est sympa avec moi. Bien sûr je le suis avec lui puisqu’il n’y a pas de raison que je ne le sois pas avec lui, vu qu’il ne m’a jamais rien fait. En fait je suis même plutôt content d’être son ami, parce qu’on a quand même de bons délires ensembles et c’est là où on le voit se lâcher, parce qu’il se sent en confiance. »
- Artur.

« C’est un jeune homme très calme, qui ne semble pas s’énerver facilement et qui ne résoudra pas les problèmes dans la violence. Lui il a compris que ça ne servait à rien, et il s’est muni d’une autre arme, les mots. Parfois de mauvaises paroles peuvent faire plus mal qu’un coup de poing dans la mâchoire. Heureusement on ne le voit pas beaucoup s’énerver, si ce n’est jamais, il a l’air de tout cumuler et le jour où ça sortira… Ça ne devrait pas être très beau à voir. »
- Caroline.

« Une chose à savoir sur lui, c’est qu’il ne faut pas pousser le bouchon trop loin. Il a beau être assez gentil et pacifiste, s’il vous dit d’arrêter, arrêtez de le chercher tout de suite et n’insistez pas. Il a beau ne pas se mettre en colère souvent, il a des poussées d’énervement quand on le cherche de trop près. Quand Wilhelm dit non, c’est non et pas la peine d’insister pour qu’il change d’avis dans ces cas-là. »
- Anna.

« Par contre un truc qui est dérangeant chez lui, c’est qu’il semble voir la vie du mauvais côté. Je veux bien croire que les deux attaques ont été assez traumatisantes pour nous tous, peut-être plus pour certaines personnes que d’autres mais lui, je ne l’ai jamais vu positiver. On a beau lui dire que ça va aller ou essayer de tenter de lui faire penser à autre chose que des choses négatives, il arrive toujours à trouver un argument contre. C’est dingue quand même d’être comme ça, et on espère que quelqu’un arrivera à lui faire changer de mentalité. »
- Erika.


Votre physique

Le physique de Wilhelm n’a rien d’exceptionnel. Il est de taille moyenne, peut-être un mètre soixante-quinze à tout casser et il est de corpulence fine. Cela veut dire que la force brute n’est pas vraiment son point fort, voire pas du tout en fait. Ce n’est pas lui qui ira coller son poing dans la figure de quelqu’un… Enfin c’est pas de ça qu’on parlait à la base, si ? Non, bien. Alors physiquement, il faut juste savoir qu’il n’impressionne pas grand monde mais qu’il ne cherche pas non plus à être impressionnant pour autant, ce n’est pas ce qui l’intéresse et ça le fatigue assez aussi faut dire.

Il faut préciser que oui, c’est un jeune homme, au cas où ça échapperait à certains, d’une vingtaine d’années. Alors quand on dit vingtaine d’années, c’est vingt ans pile pour la petite précision. Son visage n’a rien d’exceptionnel non plus, Wil possède des traits assez doux, une peau plutôt pâle qui ne veut désespérément pas bronzer, mais il préfère rester à l’ombre aussi donc ça ne va pas spécialement aider. Il a les cheveux bruns plutôt épais, une frange assez longue venant presque cacher un de ses yeux, mais il est bien comme ça et c’est le principal ?  Quant à ses yeux ils sont gris-bleu foncés, rien de bien choquant ou qui sorte de l’ordinaire.

Ce jeune homme est un peu monsieur tout le monde en fait, puisqu’il n’a rien qui le caractérise au niveau physique, malgré qu’il soit fin, il possède quand même une musculature, même si elle aussi est fine, tout ça pour dire qu’il est loin d’être maigrichon, ou chétif, ou anorexique, bref, qu’il soit sous-alimenté. Non non il mange normalement, trois repas par jour, quelque chose de tout à fait normal pour garder la forme et il fait régulièrement du sport pour tenter de se muscler un peu mais il se décourage vite au bout de quelques jours en se disant qu’il n’y arriverait jamais. Crevette tu es, crevette tu resteras. Un jour viendra où ça changera.

Rien de plus à dire sur lui, peut-être ses goûts vestimentaires ? A part l’uniforme de la Garnison commun à tous les soldats, qu’est-ce qu’il aime ? Des vêtements simples, pantalon simple, t-shirt simple à manche longue, des choses banales. Il garde des vêtements sobres mais élégants au cas où si un jour il doit être vraiment présentable mais sinon le plus basique pour lui ça lui va. Concernant les couleurs, on va faire dans l’original mais tout ce qui est blanc, gris ou noir lui sied parfaitement. Il ne va pas être monsieur original ou quelque chose du même genre, de toute manière à quoi ça sert, partant du principe qu’il met quasiment tout le temps son uniforme ?

Voilà ça sert à rien et le brun évite les trucs qui servent à rien dans l’immédiat, pour ne pas se prendre la tête. Ses affaires sont dans un coin chez lui et il n’y touche que lorsqu’il en a besoin, sans plus. Au moins il vit simplement mais bon, ça lui convient très bien la simplicité.


Votre histoire

« Tu ne sers à rien. »

« Plus inutile que toi… Tch, j’ignore encore pourquoi tu existes ? »

« Tu ne feras jamais rien de ta vie, tu n’es qu’un minable et immonde petit déchet. »

« Pourquoi on ne t’a pas abandonné ? Ca nous aurait évité bien des soucis avec toi ! »


Wil n’est pas un enfant désiré par ses parents. Au contraire, ils l’ont traité comme s’il avait la peste depuis qu’il est né. Oh ils auraient pu l’abandonner mais… Ils n’en n’ont rien fait. Apparemment pour eux lui faire payer en lui rappelant tous les jours qu’il ne servait à rien devait les amuser plus qu’autre chose. Cette famille, ils étaient cinq. Deux parents, deux filles, un fils. Les filles de cette famille étaient des jumelles et de véritables pestes avec leur frère cadet qui n’avait rien demandé. Tous les jours il avait le droit au même discours, tous les jours il terminait dans sa chambre en se demandant pourquoi il vivait. Ils avaient simplement réussi à lui mettre le doute sur ce qu’il faisait là, tout simplement.

Wilhelm n’avait pas spécialement d’amis quand il était enfant d’ailleurs. Apparemment il n’avait pas vraiment le droit d’en avoir. Pour les raisons citées plus haut, du coup même lui pensait qu’il ne devait simplement pas se montrer, rester caché et enfermé à l’intérieur, pour ne pas que ses parents aient honte qu’on le voit. Chaque soir c’était la même rengaine… Et au final Wil n’en avait plus rien à faire, il regardait dehors d’un air indifférent leur petit village situé dans le Mur Maria, les enfants jouer entre eux à des jeux probablement passionnants dont le petit brun n’avait aucune connaissance. Il ne savait même pas à cet âge s’il était heureux ou malheureux. On lui disait d’être heureux de les avoir parce qu’ils lui donnait de quoi manger et un toit où dormir, il ne devait qu’être reconnaissant.

Seulement comment on pouvait demander à un enfant de six ans de montrer de la reconnaissance, de faire tout ce qu’on lui demandait sans qu’il ne bronche et qu’en plus on le blâmait parce qu’il était né. C’était devenu normal pour le petit brun qui s’exécutait toujours sans rien dire, acceptant les remarques même à son jeune âge. Après tout il était né avec, c’était tout simplement son quotidien.

Les années passèrent. Sept ans, huit ans, neuf ans. Wilhelm vivait toujours dans cette famille qui l’avait convaincu qu’il n’avait pas d’utilité. Certains qu’il n’aurait jamais d’amis, ils laissèrent Wilhelm sortir librement dehors. Le jeune garçon ne savait même pas comment aborder une conversation avec les enfants de son âge. Pourtant il en avait envie… Mais et si eux aussi le rabaissaient d’emblée comme ses parents ? Cette seule idée le renfrogna et il prit la décision de lui-même de ne parler avec personne, de ne pas avoir d’amis. Surtout si c’est pour que ça finisse comme avec sa famille. Enfin, si on pouvait appeler ça famille aussi…

« Hé, pourquoi t’es tout seul ? »

« Tu veux pas venir jouer avec nous ? »


Ces deux voix… Ce sont elles qui ont sûrement sauvé Wilhelm d’une profonde solitude. Des jumeaux, enfin des faux jumeaux, un garçon et une fille très gentils qui n’ont jamais jugé le jeune Theis. D’abord très timide avec eux, il fini par accepter de parler avec eux, de jouer et de passer du temps avec ces deux enfants, les deux premiers qui venaient lui parler. Par contre c’était inconcevable qu’il parle d’eux à sa famille sinon les conséquences seraient dramatiques… Pas pour les jumeaux non, mais Wil. Ensuite quoi… Ses sœurs pouvaient aller raconter n’importe quoi sur lui, créer une fausse rumeur, ce genre de choses. Elles en étaient parfaitement capables en plus alors il se méfiait.

Alors quand il rentrait tous les soirs il ne disait rien, il restait silencieux et disait qu’il avait passé la journée seul. Bref il mentait, ce qui ne lui était jamais arrivé depuis le début. Sauf que là il avait une bonne raison de mentir, pour des enfants qui s’intéressaient à lui sans le juger ni quoique ce soit ? C’était une raison valable, n’est-ce pas ? En tout cas à ses yeux d’enfants ça l’était. Ce petit manège dura deux ans, jusqu’aux onze ans de l’enfant, qui avait réussi à mentir jusque-là. Il fallait bien qu’il se fasse découvrir à un moment donné. Ce jour-là, Wilhelm s’en souviendrait sans doute toute sa vie. Ce jour où ses sœurs étaient venues l’humilier devant ses deux seuls amis en racontant des choses sur lui. Le pire c’est que ces deux personnes avaient cru les jumelles et avaient blâmé Wil de ne leur avoir rien dit.

Croyant à une blague, Wil avait tout laissé tomber. Il n’avait même pas pris la peine de s’énerver, ça ne servait à rien, ça lui pompait juste l’énergie qu’il n’avait plus. Le jeune brun pris une décision ce jour-là. De partir quand il pourrait, rejoindre l’armée, prouver ce dont il était capable et prouver sa valeur. Sauf qu’il se remettait sans cesse en question. Et s’il n’y arrivait pas ? S’il se rendait compte qu’il n’était doué pour rien, comme on le lui répétait depuis plusieurs années ? Sans talent ? Où irait-il ? Eh bien il avait toujours sa tête pour réfléchir alors rien n’était perdu. Malgré tout il garda un petit espoir.

L’année suivante, il fugua ni plus ni moins avec le peu d’affaires qu’il avait pour s’enrôler dans l’armée. Wil n’avait rien dit à personne pour ne pas qu’on puisse briser ses derniers espoirs et il rejoignit une brigade d’entraînement. Là-bas il restait souvent à l’écart parce qu’il n’arrivait pas à aller vers les autres. Ce qui lui était arrivé le hantait toujours même si ça faisait déjà un an. Pourtant il n’était pas désagréable pour autant quand on venait lui parler, il tentait d’être agréable, du moins le plus possible. Il s’était révélé bon pour la tridimensionnalité, c’est sûrement ça qui l’a sauvé et qui ne l’avait pas renvoyé chez lui ou quelque chose comme ça.

Malgré ses efforts pourtant évidents, il ne termina pas dans les dix premiers au bout des trois ans d’entraînement mais bon… Quelle importance ? Aller dans la Brigade et être encore plus mal vu qu’à présent ? Ca ne l’intéressait nullement. Il lui restait le choix du Bataillon ou de la Garnison et comme il n’avait pas envie de mourir non plus dès la première fois qu’il sortirait des Murs, il choisit presque par défaut la Garnison. Au moins là-bas il pourrait être tranquille. C’était ce qu’il pensait en tout cas. Durant ces trois ans il s’était même fait des amis au sein du groupe et Wil avait réussi à se sociabiliser un peu plus. A quinze ans il était toujours renfermé mais ça s’était un peu arranger…

Enfin, ça se serait sûrement arrangé si cet événement n’était jamais arrivé. La première apparition du Titan Colossal. Cette première fois, Wilhelm devait aider à faire évacuer la population parce qu’il n’était pas assez expérimenté pour se battre en première ligne, mais il se rendait utile, tentait de rassurer la population… Il apprit par la suite que le Mur Maria était tombé et au lieu d’être révolté ou triste, il eu une pensée pour sa famille… Une pensée morbide.

Bien fait pour eux.

Il ne se réjouissait pas de cette perte du premier rempart contre les titans mais savoir que sa famille et sa méchanceté était sûrement morte, ça le remplissait d’une joie morbide, presque terrifiante. Comme si ça lui faisait plaisir de le savoir, ou même de l’imaginer. Ils lui avaient pourri ses premières années de vie jusqu’à ce qu’il s’en aille… Et visiblement il avait bien fait de fuir. Maintenant il devait se concentrer sur le présent, passer à autre chose.

Les cinq années suivantes, Wil avait pris de l’expérience au sein de la Garnison, il était toujours un simple soldat mais il connaissait plus de monde, faisait bien son travail… Enfin faisait bien son travail, façon de parler, il n’avait strictement rien à faire quand il ne se passait rien alors… Il buvait. Oui il buvait mais il n’arrivait jamais à se saouler. Comme si l’alcool ne lui faisait rien, même s’il ne buvait pas comme un trou mais bon. Il n’arrivait même pas à se rendre mal par l’alcool pour oublier certaines choses et c’était bien dommage d’ailleurs… Sauf que la cinquième année, en 850, le pire était de nouveau au rendez-vous.

Le Titan Colossal est revenu sur Trost, et la ville a failli bien tomber à son tour comme le Mur Maria mais l’Humanité a riposté et les ont repoussé. C’était quelque chose de beau à voir. Tout ce sang, ces âmes perdues, pour faire survivre le reste du peuple. Seuls ceux de Sina pouvaient se la couler douce. Quels flemmards… Enfin bon… Moi comme les autres, on a aidé à la reconquête de Trost, le Bataillon travaillant avec la Garnison… Certains de mes amis sont morts, d’autres mourants mais c’est comme ça. Une fois qu’on est né, on sait qu’on va mourir un jour ou l’autre, certains plus prématurément que d’autres. C’est malheureux de penser comme ça mais pourquoi nier la réalité ?

Après leur première victoire, il fallait bien reconstruire la ville et Wilhelm comme d’autres membres de la Garnison étaient de ceux qui bossaient. Après tout fallait bien qu’ils bossent un peu n’est-ce pas ? C’est aussi à ce moment-là qu’ils avaient découvert qu’Eren Jaeger était un Titan Shifter. Le brun était complètement désintéressé par la situation alors très vite il n’en avait rien à faire, tout ce qui se passa ensuite aussi. Une expédition ratée, des morts sur les bras, le Bataillon qui décevait le peuple, leurs problèmes avec la Brigade Spéciale… Le gros bordel selon Wilhelm. Lui ce qui l’intéressait c’était de retrouver une vie plus ou moins paisible, et les problèmes il les évitait autant qu’il le pouvait, quitte à rester dans son coin et faire son désintéressé.

(c) Annie pour Shingeki no Kyojin RPG




Dernière édition par Wilhelm Theis le Mar 25 Aoû - 23:56, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

I am
Invité



MessageSujet: Re: " Would it matter ? " - Wil   Mar 25 Aoû - 8:21

Bienvenue sur le forum !
Revenir en haut Aller en bas

Chef des Blue Squares

I am
Messages : 38
Date d'inscription : 24/08/2015
Age : 19


Feuille de personnage
Groupe: Blue Squares
Réputation:
1/500  (1/500)

MessageSujet: Re: " Would it matter ? " - Wil   Mar 25 Aoû - 9:12

Thanks ! o/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

I am
Invité



MessageSujet: Re: " Would it matter ? " - Wil   Mar 25 Aoû - 9:13

Bienvenue, le "nouveau" !

Mouahahaha.
Revenir en haut Aller en bas

Chef des Blue Squares

I am
Messages : 38
Date d'inscription : 24/08/2015
Age : 19


Feuille de personnage
Groupe: Blue Squares
Réputation:
1/500  (1/500)

MessageSujet: Re: " Would it matter ? " - Wil   Mar 25 Aoû - 11:55

Merci Li. xD

Et j'ai terminé. owo

Edit : Et par les pouvoirs qui me sont conférés, je m'auto-valide owo /PAN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I am
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: " Would it matter ? " - Wil   Aujourd'hui à 19:00

Revenir en haut Aller en bas
 
" Would it matter ? " - Wil
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Spirit/matter has Universe got a sense?
» KEEP THE GRAY MATTER ACTIVE
» Pierre Matter
» matter le rivet
» pierre matter

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DURARARA!! :: Pour commencer... :: Validés-