Oubliez votre vie banale à Ikebukuro
 

Partagez | 
 

 Burn it down - Ren

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Chef des Blue Squares

avatar
I am
Messages : 38
Date d'inscription : 24/08/2015
Age : 19


Feuille de personnage
Groupe: Blue Squares
Réputation:
1/500  (1/500)

MessageSujet: Burn it down - Ren   Dim 27 Sep - 14:43






Sink in the river The lessons I learned




Ren Nakagawa



Mon nom est Ren Nakagawa, je suis mécanicien et dealer à mi-temps et je suis âgé de 18 ans. Je suis originaire du Japon. Je fais partie du groupeBlue Squares


Caractère


La première fois que l’on voit Ren, on peut se demander s’il est vraiment aussi calme qu’il le prétend. Ou du moins qu’il le montre. Ce rouquin a une personnalité assez complexe il faut dire et il est assez difficile à comprendre. Oh dans sa vie il a déjà pu voir plusieurs psychologues mais ils ne sont jamais arrivés à quelque chose et ils n’auraient pas pu l’aider de toute façon, tellement le jeune homme aura pu mettre de la mauvaise volonté. En même temps il s’en bat complètement les steaks des psychologues et passait surtout son temps à ne pas y aller. Enfin bref on s’égare là.

Tout d’abord et pour introduire un peu le caractère de ce rouquin, il faut savoir qu’il a beaucoup souffert à cause de cette couleur de cheveux. Eh bien oui, il faut savoir que le roux est assez mal vu même encore aujourd’hui parce que c’est rare et pas normal. Voilà pourquoi Ren aura été parfois mit à l’écart à cause de ça quand il était plus petit. Des critiques, il en avait reçu. Une tignasse de flamme ne fait qu’attiser le mépris des gens. Combien de fois on aura traité le jeune homme d’anomalie ou même de fils de Satan ? Maintenant il fait avec parce qu’il n’a pas trop le choix.

Toutefois, ce n’est pas pour ça que Ren va complexer sur ses cheveux, il sait que ça le démarque et il aime bien ça au fond, c’est juste que toutes ces réflexions au bout d’un moment, ça ne passe même plus. Ce qui nous amène bien évidemment au premier point important chez lui, la violence. Autant le jeune homme va paraître le type le plus blasé du monde, autant ce n’est absolument pas ça qui reflète la réalité, c’est à dire ses actions et ses agissements. Le roux, disons-le, est vraiment violent. Quand il commence à frapper quelqu’un, il ne va s’arrêter que lorsque sa victime soit même plus capable de parler ou bien qu’elle lui demande pardon. Bien souvent ça ne fonctionne pas mais on peut toujours essayer avec lui.

Voilà, tout ça pour dire que ce jeune homme ne va pas retenir ses coups, c’est pas vraiment le genre de la maison vous voyez ? Ren est aussi quelqu’un de très impulsif qu’il ne faut pas chercher. Ce n’est même plus un scoop vu ce qu’il fait aux gens, c’est-à-dire les tabasser quand leur tête ne lui revient pas, ou bien parce qu’ils ont cherché les problèmes avec lui. Seulement il est comme ça depuis tout jeune et l’assume pleinement. De toute manière ceux qui osent le provoquer finissent souvent dans un sale état sans vraiment comprendre ce qui leur arrive en fait. Si quelqu’un le cherche, cette personne va rapidement le trouver d’ailleurs. Bien souvent le jeune homme fait parler ses poings à sa place.

Est-ce qu’il sait se retenir ? Bien entendu qu’il le sait. Le rouquin est peut-être belliqueux au point d’aller créer lui-même quelques problèmes, surtout contre le gang ennemi, bizarrement, mais souvent il reste calme et tranquille, il ne faut pas croire. En fait son caractère ne colle pas avec sa tête. Quand on le voit pour la première fois on ne pense pas que sous ses airs de blasé de la vie se cache un lion qui n’attend que de se faire lâcher pour aller causer le plus de dégâts possibles. Mais voilà, rester calme, Ren sait faire et plus qu’on pourrait le croire. On ne croirait pas en lisant les lignes au-dessus mais c’est quelque chose de possible, surtout quand il est fatigué ou qu’il n’a envie de rien. Parfois il ne faut pas aller chercher bien loin.

Cependant et il faut le préciser, Ren n’est pas qu’un jeune homme violent, teigneux, impulsif du genre à te casser la figure si tu le regardes de travers… Bon certes il est bien évidemment tout ça mais pas que. Il a le mérite de ne pas le montrer, quand il est agacé, énervé ou quelque chose d’autre. Ce qui rejoint l’idée précédente du type blasé de la vie, comme si rien ne l’intéressait vraiment. Ce n’est pas le cas mais c’est ce qu’il montre aux gens autour de lui. Pourtant le rouquin est un fin observateur, il sait observer son environnement, les hommes, les femmes, tout le monde. Lorsqu’on est dans un gang et que le gang ennemi veut votre peau, il faut toujours être sur ses gardes, voilà pourquoi Ren semble toujours être à l’affût de la moindre action suspecte.

Dit comme ça on dirait que Ren n’a que des défauts. Ce n’est pas le cas hein, même si bon une agressivité évidente un côté belliqueux bien aiguisé font surtout partis des défauts. En qualité, le rouquin a le mérite d’être quelqu’un de loyal. Ca veut dire qu’il ne va jamais trahir les membres de son gang avec qui il s’entend relativement bien, et viendra défendre ses compagnons s’ils sont dans le besoin. C’est quelque chose qu’on ne pourra pas lui reprocher. De même que pour des promesses. Si Ren en fait une un jour, on peut être sûr qu’il va la tenir.

Même si le jeune homme parle bien plus souvent avec ses poings, ça ne l’empêche pas pour autant d’être intelligent voire même avoir un côté de stratège. C’est l’avantage d’observer beaucoup son environnement et de connaître des coups bas que l’on peut exploiter. De plus, Ren aime bien élaborer des plans pour aller emmerder ses ennemis et il s’avère que souvent, ses plans n’étaient pas mauvais, bien au contraire. Une petite satisfaction pour lui ? Exactement. Néanmoins il va être gentil et souriant avec ses amis, ceux qu’il veut protéger, parce qu’ils sont proches de lui et qu’il ne veut pas perdre ces amis.

Par contre n’allez pas croire qu’il n’a aucune faiblesse. Il en a. D’abord lorsqu’on s’en prend à ses amis, il va préférer recevoir les coups à leur place, tant pis s’il termine dans un sale état. Ensuite le roux a peur d’être enfermé entre quatre murs. Il a l’impression qu’il n’en sortira jamais. En l’occurrence, Ren est claustrophobe même s’il ne l’a jamais dit. De même que pour le noir, le jeune homme ne peut pas, il doit au moins y avoir une lumière d’allumée. Une peur stupide à dix-huit ans ? Peut-être, ce genre de choses pouvait arriver à tout âge. Concernant ses deux phobies, il faut savoir que chez lui c’est un espace large et dégagé pour ne pas qu’il fasse de crise de panique, même s’il reste dehors les trois/quart du temps.
Histoire


Ren aurait pu avoir de la chance. Il aurait pu, seulement, mais il n’en a jamais eu. Etait-ce une punition parce qu’il était roux ? Parce que les roux étaient persécutés depuis la nuit des temps, parce que leurs cheveux n’étaient pas comme les autres. Encore aujourd’hui il se pose la question. Pourquoi tant de haine ? Pourquoi ne pouvait-il pas avoir droit à un passé normal, banal et sans intérêt ? Parce que quelqu’un en avait décidé ainsi. Ce quelqu’un, c’était la vie. Dès le début ça a été un véritable cauchemar.

Des origines floues, peut-être même pas japonaises, Ren n’en saura jamais rien. Il ne connaît pas sa famille biologique. Pourquoi ? A cause d’un accident. D’un accident de voiture qui pris la vie de sa famille. Lui aussi a bien failli y passer mais le ciel en avait décidé autrement. Les gens qu’il a vu plus tard et qu’il a pris pour ses parents ne l’étaient pas. Des imposteurs qui ont prit cet enfant avant de partir, ne laissant derrière eux que mort et désolation. Qui étaient ces gens ? Des scientifiques fous. Un homme sadique et sa femme tout aussi dérangée que lui. Ce couple qui aimaient pratiquer des expériences sur des enfants qui présentaient des caractéristiques singulières… Comme l’albinisme pour les cheveux… Les enfants handicapés. Quand ils s’en lassaient, ils les tuaient.

La femme, ou mère adoptive de Ren travaillait dans une maternité, il était donc facile pour elle de kidnapper un enfant et le ramener sans attirer l’attention. Elle était passée maître dans cet art. Elle s’était intéressée à cet enfant aux cheveux rouges, dès son arrivée à l’hôpital, elle avait remarqué ce duvet de cheveux sur sa tête, une tête rousse. Ren n’aura jamais connu sa véritable famille, et aura été élevé toute sa vie par ces monstres. Son enfance et son adolescence, il s’en souviendra pour le restant de ces jours.

Une identité qui n’était pas la sienne. Ren Nakagawa était son vrai patronyme. Qu’il avait cherché bien plus tard bien sûr. Cet enfant que les scientifiques tentaient d’éduquer avec leurs valeurs. Ils s’occupaient de lui, donc le tout petit rouquin n’avait pas à se plaindre… Mais tout bascula vers ses cinq ans.

Ce jour où ses ‘parents adoptifs’, comme cadeau d’anniversaire, l’avaient enfermé dans cette pièce toute blanche, médicale, pour lui prélever du sang et pour commencer les expériences. Au début Ren ne comprenait pas, il se débattait, il avait peur et n’aimait pas ça. On lui prélevait des petites quantités de sang au début, qui augmentèrent avec l’âge.

Ren était prisonnier de cet engrenage, il ne pouvait rien y faire. Il s’enfermait dans sa chambre avec le cœur au bord des lèvres à chaque fois. Tout ça le dégoûtait, il voulait partir, quitter cette maison mais ses parents ne le laissèrent jamais faire. Parfois ils lui laissaient le loisir de se faire de faux espoirs avant de le rattraper, et de lui faire payer sa fugue.

Lesdites fugues avaient commencé vers ses huit ans. Comment ils le punissaient quand ils le rattrapaient ? En le privant de nourriture pendant parfois plusieurs jours, en le frappant comme pouvait le faire le père et bien d’autres. Ils pouvaient être très créatifs quand il s’agissait de punir le rouquin. Lequel finissait par avoir peur de ce couple, une peur qui lui prenait les tripes. En même temps que ça, il développa une phobie, celle du sang. Quand il voyait son sang prélevé, ou par terre quand il crachait après s’être fait battre, il restait figé en le fixant, les larmes aux yeux. Ren ne pouvait plus voir du sang sinon il ne répondait plus, parce qu’il ne pouvait plus, simplement.

Le comportement changeant du rouquin amusait sérieusement les deux scientifiques qui prenaient un malin plaisir à torturer mentalement cet enfant qui n’avait pourtant rien demandé. Plus les années passaient, plus la santé physique et mentale de Ren se voyait fragilisée. Jamais ils ne le laissaient tranquille, ils trouvaient toujours quelque chose, et comme le garçon manquait souvent de sang et qu’il devait se reposer, il ne faisait rien d’autre que se reposer jusqu’à la fois d’après et ainsi de suite.

Ses ravisseurs, qu’il considérait ainsi, plus que des parents en tout cas, lui avaient quand même offert un ordinateur. A treize ans, Ren avait honte de dire qu’il savait à peine lire et qu’écrire pour lui c’était dur, puisqu’on ne lui avait jamais vraiment appris, les imposteurs ne prenant pas la peine de lui apprendre ça. Bien souvent le jeune garçon passait ses journées sur Internet à chater avec des gens sur des forums, à savoir écrire mieux, utilisant des correcteurs pour ne pas qu’on se doute de quelque chose. Le rouquin faisait tout pour être normal et avoir des amis lui aussi, même virtuellement.

Tous les jours il parlait avec la même personne sur un forum, tous les jours il pouvait s’évader un peu et quitter son quotidien qui lui prenait sa vie, littéralement. A force de traîner sur Internet, il appris beaucoup de choses, des choses que les scientifiques ne lui enseigneraient jamais, il se débrouillait seul. Ren comblait son manque d’apprentissage par l’intelligence et très vite il s’intéressa au fond de l’ordinateur, cherchant à en percer tous les secrets pour pouvoir toujours effacer ses traces et pour ne pas qu’on voit ce qu’il faisait. Ce serait problématique pour lui sinon.

Ce petit manège dura deux ans, jusqu’aux quinze ans de l’adolescent. Cela faisait deux ans qu’il parlait à son ami via Internet, qu’il s’était amélioré en orthographe, mais aussi en culture générale. Il connaissait son ordinateur par cœur et il ne s’était jamais fait prendre. Le rouquin était fier de sa performance malgré sa faiblesse de plus en plus grande.

Et puis le pire fini par arriver.

Un soir alors que Ren était épuisé, il s’était endormi sur son ordinateur alors qu’il discutait avec son ami et son ‘père adoptif’ l’avait vu. Il n’avait pas attendu le lendemain pour traîner le rouquin hors de sa chambre et lui faire payer ce qu’il avait fait, lui hurlant dessus. Le reste était flou pour lui, même encore aujourd’hui. Le soir-même, alors que le couple était parti dîner au restaurant, Ren était passé à l’action. Qu’est-ce qu’il avait fait ? Pendant plusieurs mois il avait préparé ce qu’il voulait faire.

Le rouquin de quinze ans savait que c’était du suicide, pourtant il l’avait fait. Le jeune garçon avait répandu du carburant partout dans la maison, jusqu’aux bouteilles de gaz. Puis il y avait mit le feu sans attendre que les goules reviennent. Quelque part il avait espéré partir, parce qu’il en avait marre de vivre. La maison a explosé avec le mélange du feu, du carburant et du gaz. Les scientifiques n’étaient pas revenus. Ren s’était mis à couvert mais avait été coincé sous les décombres brûlants qui lui avaient valu une très grosse brûlure dans le dos mais aussi au bras, et c’était des cicatrices qui étaient toujours visibles.

Les pompiers, la police, tout le monde avait été alerté par ce bruit, par cette scène peu commune. Le rouquin avait été retrouvé et emmené directement à l’hôpital. Son souhait de partir n’avait pas été exaucé. Ren était tombé dans le coma à cause de tout ça. A l’hôpital ils avaient pu le soigner, le mettre hors de danger, seulement il ne se réveillait pas. Le garçon s’était réveillé l’année d’après. Pendant douze mois, voire un peu plus il n’avait pas ouvert les yeux.

A son réveil il ne tarda pas à raconter ce qu’il s’était passé aux policiers, après quelques jours où il s’était remis de ses émotions. Quelque chose était nouveau pour lui, le fait qu’il soit libre. A seize ans seulement, il a été placé en famille d’accueil pour qu’on s’occupe de lui. Ren ne faisait absolument pas confiance à ces gens, il n’avait plus confiance en rien de toute façon. C’est à partir de ce moment-là qu’il se mit sérieusement au sport et à la musculation, même à l’auto-défense, pour pouvoir se défendre si besoin. Parce qu’il en avait marre d’être la victime, marre d’être sur celui qu’on tapait, il en avait marre de tout ça.

Sa famille d’accueil avait deux fils, plus âgés que Ren, qui voulait persécuter ce dernier parce que c’était amusant. Le rouquin n’avait pas hésité à les remettre en place et pas de la manière la plus douce qui soit, manquant d’en tuer un en lui brisant la nuque et l’autre étant parti rapidement à l’hôpital. Le jeune homme s’en fichait qu’on le détestait ou qu’on l’aimait, ce n’était pas ça qui allait l’empêcher de vivre seulement il ne voulait plus vivre avec des règles.

Le jeune roux le fit comprendre en fuguant un soir, à ses dix-sept ans. Il ne pouvait plus vivre avec les autres parce qu’il était trop méfiant. Il devint rapidement autonome, sans rejoindre le lycée pour autant. Ren préférait enchaîner les petits boulots. D’ailleurs il loua rapidement un studio qui devint rapidement le sien. Cette histoire ne dura pas loin d’un an et le jeune homme était légalement majeur, donc il pouvait faire ce qu’il voulait, il habitait désormais le quartier d’Ikebukuro.

Malgré ses dix-huit ans, Ren en faisait plus, la vingtaine bien tassée, et même un peu plus âgé. Il avait eu vent de la création de groupes de couleurs… Enfin surtout un, les Yellow Scarves. Comment il l’avait su ? Parce qu’il s’était déjà battu avec plusieurs d’entre eux alors qu’ils lui cherchaient des noises. Le rouquin n’avait pas hésité à les remettre en place. Les choses se passèrent très vite, le gang rival à ces jaunes ne tarda pas à se manifester, les Blues Squares, donc Ren pris la tête… Cela ne faisait pas longtemps que ça s’était passé mais il est clair qu’il ne lâchera pas le morceaux contre le gang rival.



Je me suis retrouvée ici en suivant Shizuo '-' /PAN. Je suis âgée de 18 ans toujours et je trouve vraiment que ce forum est super fabuleux. Mon avatar est Fukuwa. Je vous offre finalement le code du saint règlement qui est j'l'ai lu le règlement j'ai dit D8 /PAN !


Said no more counting dollars We'll be counting stars


© Halloween


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Burn it down - Ren
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [ VIDEO ] Burn à vélo.
» Burn-Out projet terminé
» le miroir d'après Burn Jones
» Le personnage d'Aiden Burn vous manque-t-il?
» [JEU] BURN THE CITY : Réduisez en cendres toutes les villes [Gratuit/Payant]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DURARARA!! :: Pour commencer... :: Présentations :: Validées-